Partager

Faut-il maintenir le tarif réglementé du gaz ?

Tribune 16 février 2022

Face à l'explosion des prix, il faut maintenir les tarifs réglementés de vente, revoir notre politique énergétique, construire un véritable service public.

Nos factures de gaz explosent : le prix du mégawattheure (MWh) a augmenté de 20 euros en France entre 2007 et 2018. Dans ce contexte, les tarifs réglementés, qui bénéficient à un consommateur de gaz sur deux, sont un bouclier essentiel pour le pouvoir d’achat des classes populaires. Fixés par les pouvoirs publics, ils résistent aux instabilités du marché et protègent des hausses de prix. Défendre ce mécanisme, quand les plus fragiles sont contraints de choisir entre se nourrir ou se chauffer, est une urgence absolue.

Car ces tarifs sont censés disparaître le 1er juillet 2023. La raison ? Ils ont été jugés incompatibles avec les règles européennes qui imposent d’ouvrir l’énergie à la concurrence. Les concurrents des opérateurs qui proposent le tarif réglementé n’ont eu de cesse d’attaquer ce mécanisme, espérant récupérer un marché juteux pour actionnaires voraces. C’est finalement Macron qui a tranché : pour défendre comme toujours les intérêts privés, il a imposé dans sa loi climat, au nom des règles européennes, la disparition des tarifs réglementés.

Pour les consommateurs, ce sera donc la jungle des offres et des prix. Des associations, comme l’UFC-Que choisir, tentent de les orienter vers des offres à prix fixe plus protectrices. Mais que pèsent-elles face aux vampires du Far West de l’énergie ? Dès l’annonce de la fin des tarifs réglementés, les fournisseurs ont démarché à domicile des consommateurs vulnérables, à qui ils font miroiter des prix cassés, sans leur dire qu’ils pourraient être multipliés par quatre selon l’état du marché. Le médiateur national de l’énergie, saisi par des milliers de citoyens, s’est d’ailleurs alarmé des « discours insidieux, des informations tronquées, voire mensongères ». Une personne de 98 ans a même vu un contrat de gaz activé pour sa maison alors qu’elle résidait en maison de retraite. Voilà ce qu’engendre la « concurrence libre et non faussée » chère à Macron et à l’Union européenne. Une personne âgée se fait rouler par des entreprises véreuses obsédées par leurs profits. Au troisième rang de l’entreprise la plus abusive (qui assure depuis avoir arrêté), on trouve Total, qui a réalisé en 2021 le plus haut bénéfice de tous les temps.

Face à ces rapaces, Macron nous balade. Il envoie son ministre de l’Économie dire que le marché européen « ne marche pas et est aberrant ». Mais il refuse de désobéir aux règles européennes absurdes et le blocage du prix tardif, et à un tarif déjà élevé, exclut les copropriétés privées et offices HLM, où les habitants sont souvent très précaires.

Nous ne sortirons pas de cette crise avec quelques pansements sur une jambe de bois. Il faut sortir l’énergie du marché, renationaliser le secteur et en faire un bien commun protégé des spéculateurs. À cette condition seulement, nous pourrons nous assurer que se chauffer ou se faire à manger ne devienne pas un luxe pour des millions de gens qui subissent déjà de plein fouet la hausse généralisée des prix.


Retrouvez ma tribune dans l'Humanité.

L'économie au service des peuples

Autour des mêmes combats

10 juin 2022

Festival de caricatures contre notre programme économique de la NUPES : ils ont peur

La NUPES est en très bonne position pour remporter les législatives....

21 février 2022

L’Union européenne sur le point de céder aux lobbys dans la lutte contre l’impunité des multinationales

Mais que se passe-t-il à la Commission européenne depuis 8 mois ? La proposition d’une directive pour rendre les multinationales responsables pour les violations des droits humains commises dans leurs chaînes d’approvisionnement a été repoussée plusieurs fois. En toute opacité et sans explications.
17 décembre 2021

Notre étude inédite sur la taxation des profiteurs de crise

La crise sociale engendrée par le Covid a précarisé les plus fragiles. Mais certaines multinationales n’ont pas connu la crise et ont même vu leurs profits exploser. L’une de nos propositions pour financer la sortie de crise Covid, c’est de taxer ces profiteurs de crise ! Cela s’est déjà fait dans l’Histoire et notamment en France lors de la première guerre mondiale, avec un taux de 50%.
11 novembre 2021

Evasion fiscale des multinationales : le Parlement européen s'accommode d’une mesure de transparence au rabais - Communiqué de Presse

Ce jeudi 11 novembre a eu lieu la validation finale d’une directive sur la transparence fiscale. Le combat mené depuis plus de 5 ans par les ONG s’achève par un texte au rabais, loin des ambitions initiales portées par le Parlement européen. Ce texte, qui aurait pu marquer une réelle avancée, a été vidé de sa substance. Le Parlement européen a cédé face au Conseil et s’est arrêté au milieu du gué, manquant une occasion historique de se donner les moyens de lutter réellement contre l’évasion fiscale.
5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.